J’ai quitté la maison à 19 ans pour aller étudier à Ottawa. J’ai vécu en résidence, j’ai habité en colocation. J’ai emménagé à Montréal avec mes meilleures amies et j’ai fait bon nombre d’auberges jeunesse à travers le monde. Depuis deux ans, je partage ma maison uniquement avec mon chien Flash et on dort en cuillère comme jamais #guilty. Peu importe la situation, j’ai toujours gardé un contrôle sur ma vie. J’ai toujours fait ce que je voulais, quand je le voulais et prétendu que tout était parfait. J’ai toujours réussi à avoir ma p’tite bulle, à être complètement indépendante.

Mais voilà qu’aujourd’hui, 10 ans plus tard,  j’embarque dans une nouvelle aventure, celle d’emménager avec mon copain. Première fois pour moi. Vous pouvez me traiter de vieille fille, parce que oui, je m’assume, j’ai eu le #vieillefille sur le front, mais vous savez quoi, il me plaisait ce #. Je n’ai (presque) jamais été malheureuse d’être seule, parce que j’ai pu me concentrer sur moi, me connecter avec ce qui m’allume et surtout, souper à l’heure que je voulais #devantlativi. Et anyway, rien ne sert de brusquer les choses, surtout quand elles ne nous semblent pas convenables.

Alors, je suis un peu fébrile, mais heureuse de dire que j’ai trouvé le bon p’tit gars. Je suis fébrile, car je dois accepter de chambouler mes habitudes et de faire des compromis. Je dois laisser tomber ma carapace de femme célibataire inébranlable et entrer dans le monde officiel du « couple ». Je dois me laisser porter dans ce tourbillon du déménagement et essayer de vivre ce moment comme il se doit. C’est comme si, je devais faire un deuil sur mes 29 dernières années d’éternel adolescente / célibataire forte et pour l’orgueilleuse en moi, cette étape est difficile. Entre vous et moi, je dois simplement m’avouer vaincue. Je ne suis plus complètement indépendante parce que maintenant je peux compter sur quelqu’un pour avancer dans la vie (et traîner les sacs d’épicerie, déblayer mon auto, sortir le chien … mouahhh).

Tout ça pour dire que, dans la vie, nous avons toutes une certaine fragilité qui sommeille en nous et on doit l’accepter. En toute humilité, j’ai trouvé celui qui a su la capter et qui m’a permis de la vivre.

À toutes les inébranlables, laisser transparaître votre faille.

PS. Le travail n’est pas encore terminé quant à laisser tomber la carapace. Tranquillement, mais surement, alors je terminerai ainsi :

On n’apprivoise pas les chats sauvages

Pas plus qu’on met en cage les oiseaux de la terre

Faut les laisser aller comme on les laisse venir au monde

Faut surtout les aimer jamais chercher à les garder

Tout doucement je veux voyager hum

En te jasant d’amour et de liberté

– Marjo

Alexandra xx

Je suis Alexandra Lapointe-Turcotte, 29 ans et en quête de qui je suis vraiment. J’ai besoin de bouger, d’être stimulée et d’aller à la rencontre du monde. Créative et toujours à la recherche du meilleur équilibre entre vie saine et folies, je prône la liberté, l’ouverture d’esprit et le lâcher-prise !