Édito :: Huiles essentielles et comprimés

écrit par Elizabeth Cordeau-Rancourt 26 mars 2017
Édito :: Huiles essentielles et comprimés

je le dis à qui veut bien l’entendre : quand j’ai mal à la tête, je prends deux comprimés et je mets de l’huile essentielle de menthe poivrée sur mes tempes. et les deux me font autant de bien, chacun à leur façon.

à ce sujet, j’avais une conversation avec une amie concernant la méfiance autour des méthodes de guérison alternatives. elle me disait « si ça me fait du bien, c’est quoi le problème avec ça ? ». ne m’en fallait pas plus pour m’emballer. à mon avis, ce genre de discours anti-croyances, quelles qu’elles soient, ne sert qu’à donner raison à ceux qui ne croient pas et à mettre en rogne ceux à qui ça fait du bien. en confortant les sceptiques, je pense qu’on les empêche de s’intéresser à quelque chose qui pourrait peut-être les aider.

OK. avant de poursuivre, je veux tout de suite mettre quelque chose au clair. je sais très bien que l’homéopathie, les huiles essentielles, les cristaux, les cycles de la lune, l’astrologie (name it) sont toutes des pratiques différentes. elles ont toutes leurs particularités, utilisent des procédés distincts et/ou sont plus ou moins étudiées. par contre, disons que selon la grande croyance populaire, il est fréquent qu’elles soient toutes mises ensemble dans ce que mon amie appelle le grand sac de la sorcellerie.

alors permettez-moi de ne pas être mieux que personne et d’utiliser, moi aussi, un grand sac pour les rassembler : celui de la spiritualité.

chez moi, y’a des huiles essentielles partout, des livres sur l’astrologie, sur les cycles de la lune et des cartes de tarot. j’ai des cristaux et des bols d’encens. j’ai déjà consulté une (super) homéopathe et je n’hésiterais pas à le refaire, même si y’a certains remèdes qui n’ont pas été efficaces pour moi, tandis que d’autres m’ont beaucoup aidée.

je ne vous dis pas que ma vie et ma santé reposent entièrement là-dessus.
ce qui m’intéresse là-dedans, c’est de comprendre comment ça fonctionne, d’essayer, de voir ce qui me parle, ce qui me convient, ce qui m’aide dans mon quotidien.
je construis ma propre spiritualité, au fil de mes expériences et de mes lectures.

que l’effet soit placebo (personnellement, je ne le crois pas) ou non, ce qui compte pour moi, c’est que ça me fasse du bien, que je trouve là-dedans des réponses qui me confortent et que ça me fasse réfléchir.
que ça me soulage de certains maux.
que ça m’aide à mieux respirer (au sens propre comme au sens figuré).
que ça apporte de la paix dans ma vie.
et sérieusement, je ne vois pas qui pourrait être contre ça.

on s’entend. là-dedans comme partout, d’un bord comme de l’autre, il y a des extrémistes. et l’extrémisme, ça donne rarement de bons résultats.

je ne vous demande pas ici de choisir un camp.
ce que j’aimerais, c’est que vous puissiez vous donner le droit d’explorer.
ouvrez-vous, pour vrai, sans jugement.
soyez curieux.
osez piger dans le grand sac de la spiritualité.
je suis pas mal certaine que, si vous vous donnez la peine, vous allez trouver votre p’tit espace spirituel quelque part là-dedans.
vos p’tites solutions quotidiennes pour trouver le calme, pour mieux respirer.
ça va faire plein de place pour de la paix intérieure.
et ça, on en a tous grandement besoin.

Commentaires

commentaires

+ + +