«Je ne suis pas capable de méditer» – Réponses aux curieuses

écrit par Marie-Philippe Jean 16 juin 2015
«Je ne suis pas capable de méditer» – Réponses aux curieuses

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que la semaine dernière, In Motion Inspire le mouvement battait son plein dans Charlevoix! Une semaine de sport, de gastronomie et d’émotions fortes aux paradis que sont Baie-St-Paul et l’Hôtel La Ferme (mon établissement hôtelier préféré au pays) pendant laquelle l’équipe d’ambassadrices Oakley a entraîné près de 400 femmes de 20 à 68 ans dans des ateliers de course à pied, de yoga, d’entraînements en montagne, et de méditation aussi.

Je croyais que c’est d’attaquer la piste Charlevoix du Massif qui allait représenter le plus gros défi pour nos participantes, mais c’est étrangement l’heure de méditation à l’horaire qui a soulevé le plus de sourcils et généré le plus de questions… Comme il s’agissait réellement d’une initiation et que mon amie Jade-Isis Lefebvre est une enseignante douce et douée, l’expérience fut positive et transformatrice pour toutes, mais ç’a m’a tout de même donné l’idée de vous partager, bien humblement, mes réponses à quelques obstacles rencontrés quand on s’initie à la méditation.

10641213_10155688299360051_4177555757731754553_n

D’abord, pour vous parler un peu de mes habitudes, je médite quelques jours par semaine, de 3 à 20 minutes. J’en suis à mes débuts, je lis beaucoup, j’explore, parfois je choisis des méditations guidées, d’autres fois je crée des playlists pour m’aider, et quand je me sens courageuse, je le fais dans un silence complet. Je le fais pour me reconnecter à mon âme, pour refaire le plein d’énergie, pour faire descendre dramatiquement mon niveau de cortisol et mieux dormir aussi.

Quelques phrases souvent entendues:

«Je n’ai pas le temps de méditer.» 

C’est une simple question de volonté, parce que si vous avez le temps de publier une photo sur Instagram, ou de regarder le dernier épisode de votre série, vous avez le temps de méditer.

«Je m’endors toujours!»

La méditation permet de se retrouver dans un état de présence réelle et complète, dans votre âme et dans votre coeur, de vous sentir connectée. Si vous avez du mal à demeurer éveillée, pratiquez au levée ou encore en milieu de journée, à raison de 3 à 5 minutes à la fois.

«Je ne suis pas faite pour ça!» 

Une pratique méditative quotidienne réduit notre stress, notre anxiété, améliore notre système immunitaire, régularise notre respiration, réduit nos peurs, nous aide à construire notre confiance et notre estime… Je pourrais ajouter des dizaines d’items à cette liste… Qui n’a pas besoin de tout ça? C’est une pratique bénéfique pour tout le monde, mais le mot le dit, c’est une pratique… Qui demande qu’on y accorde du temps et de l’attention!

«Ça rend toujours émotive, je n’aime pas ça»

C’est ce que je préfère! Quand je vis beaucoup de choses, que je me sens fatiguée émotionnellement, et «à côté de mes baskets» comme dirait mon ostéopathe, je m’assoie pour méditer et je laisse les émotions monter, si j’ai à pleurer, je le fais, pour moi c’est une bonne chose, ça veut dire que le stress et les sentiments négatifs ont trouvé la porte de sortie! Ça peut être inconfortable, mais apprendre à laisser le jugement de côté pour faire place à l’accueil et l’acceptation est un magnifique processus.

Et pas besoin d’être assise au milieu d’un cercle de chandelles pour méditer… Les coureurs expérimentent souvent une méditation dans l’action lorsqu’ils se retrouvent «dans la zone», c’est souvent un état que je ressens en voyage, une présence complète et une sensibilité accrue face à mon environnement. Remarquez ces moments!

Une méditation très simple avec laquelle j’ai débuté ma pratique: 

À chaque inspiration par le ventre, j’imagine une douce lumière blanche entrer dans mon corps et lentement se propager et s’installer jusqu’à ce qu’elle prenne toute la place et que je devienne, en quelque sorte, un être de lumière. Vous pouvez aussi remplacer cette image par celle d’un soleil qui est d’abord tout petit dans votre coeur, puis qui s’agrandit jusqu’à remplir toute la pièce! Commencez par simplement apporter une attention à votre respiration en imitant les bébés: gonflez et dégonflez le ventre…

J’aimerais vous entendre là-dessus, parlez-moi de votre pratique ou de vos craintes!

Marie-Philippe

 

Commentaires

commentaires

+ + +