Édito :: peu importe les likes

écrit par Mariane Pominville 6 mars 2017
Édito :: peu importe les likes

Mariane est une jeune fille de 17 ans dont j’ai fait la rencontre y’a quelques années via la boîte de messagerie de Chic tonique. Après quelques échanges Facebook, je l’ai croisée dans un événement HappyFitness. Une ado solide sur ses deux pieds, rayonnante, sportive, j’étais fière d’elle comme une grande soeur est fière de la cadette de la famille. J’ai eu envie de lui offrir une place sur l’équipe de rédactrices pour qu’elle devienne une ambassadrice de notre jeunesse, une voix pour sa génération. Voici son premier texte. – Marie-Philippe

Mon nom est Mariane Pominville, j’ai 17 ans, il me fait très plaisir de pouvoir partager avec vous mes apprentissages et ma vision des choses. Je suis passionnée de sports, et plus spécialement de course à pied. C’est vers la fin du secondaire que le sport est devenu un élément autant important dans ma vie : la course me permettait (et me permet toujours !) de tout donner, de dépasser mes propres limites et d’aller chercher ce sentiment de satisfaction et de fierté si puissant chaque fois. Au tournant de l’âge adulte, je suis à la recherche d’un équilibre entre les différentes sphères de ma vie, où les amitiés occupent notamment une place très importante.

Comme pour plusieurs autres jeunes femmes, les questionnements abondent à cette période de notre vie, et c’est souvent en parlant et en partageant nos expériences entre amies que j’apprends le plus. Mon amie Jade m’a d’ailleurs envoyé une quote qui lui parlait particulièrement, et qui m’a touchée à mon tour – Create a life that feels good in the inside, not one that looks good on the outside. Quand tout ce qui déroule sur notre fil Instagram est parfait, sans défaut, et que c’est ce à quoi on est exposé tous les jours, comment ne pas succomber à la pression, comment se sentir à la hauteur avec nos vies ordinaires d’étudiantes ?

Je pense qu’il est important de se rappeler que, justement, sur les réseaux sociaux, c’est le outside, l’enveloppe, la couche extérieure qui est partagée, et que c’est sous notre meilleur jour et nos meilleurs angles que l’on s’y présente. Est-ce que ça veut dire bouder les réseaux sociaux parce que ce qu’on y retrouve n’est pas totalement « vrai » ? Je ne crois pas. Il s’agit juste d’utiliser son jugement pour comprendre que ces belles filles-là, au corps parfait, ont aussi leurs défauts et leurs mauvaises journées, comme tout le monde.

Pour ce qui est de l’inside, de ce qui compte vraiment, je pense que la première étape est d’arrêter de mentir à soi-même. Des couples qui font semblant que tout va bien sur Facebook pour essayer de se convaincre que c’est le cas, alors que vraiment plus rien ne va, on en connaît toutes. Arrêter de se mentir, c’est aussi reconnaître ses limites, sans toutefois cesser de vouloir les dépasser. C’est s’accepter en tant que personne, et rester authentique à soi-même. En s’assumant ainsi et en étant fière de la personne que nous devenons, je crois que le jugement des autres perd de son importance, et c’est tant mieux. Parce qu’au final, si j’aime cette photo de moi et qu’elle me rappelle de beaux moments, qu’importe le nombre de likes ou ce qu’en pensent les autres !

En 2016, j’ai commencé à faire quelque chose qui me rendait encore plus heureuse, qui me faisait sentir bien de l’intérieur, outre mes passions et mon entourage, et je vous invite à le faire aussi : le pot de gratitude. J’écrivais, chaque jour, sur un papier, quelque chose qui m’avait fait plaisir, sourire, apprendre, pour laquelle j’étais reconnaissante. Comme mentionné plus haut, avec les réseaux sociaux, il est facile de se comparer et de se sentir inférieures aux autres. Mais en écrivant et en se remémorant chaque jour un petit bonheur, je me suis rendue compte que j’étais choyée, car du positif, il y en avait toujours dans ma journée (et dans ma vie !), même dans les moins belles journées : suffisait de chercher un peu… Je suis certaine que de commencer à faire ce pot a des impacts positifs sur l’humeur et sur la perception qu’on a de notre vie.

Mariane xxx

Commentaires

commentaires

+ + +